Chengdu (Chine)

Chengdu Dubai International Cup

Du 4 au 7 avril 2014

Rapport précédent Rapport suivant

 

Contexte

 

Cette année, pour la première fois, Meydan organise une réunion de courses sur l’hippodrome de Jinma, à Wenjiang, près de Chengdu. Cette réunion met exclusivement en scène des chevaux en provenance de Dubai, qui seront réexportés vers Dubai suite à l’événement, fait sans précédent sur le territoire de Chine continentale.

L’UNIC, représentée par ses chargées de mission Chloé Lebreton et Michelle Chen, était sur place, afin d’assister à l’événement, sur invitation de la ChengDu Equestrian Association (CDEA).

 

Points essentiels de la mission

 
  • Chengdu Dubai Equestrian Industry Development Forum & Investment Seminar of Wenjiang District.

Conférences organisées à l’hôtel Intercontinental de Chengdu. Public presque exclusivement chinois, environ 100 personnes – traduction simultanée proposée par oreillettes.

Intervenants :

  1. Xin Xiaobin : Discours pour l’investissement dans le District du Wenjiang.
  2. Dermot Cantililon (Tinnakill Bloodstock) : la filière pur-sang en Irlande et ses liens avec la Chine.
  3. Dr Anthony Kettle (Vétérinaire du Dubai Racing Club) : les mouvements de chevaux de compétition à l’international – le point de vue des courses.
  4. Will Mayer (Keeneland) : Association Keeneland : l’expérience d’un modèle de courses et leçons pour le développement de la filière pur-sang en Chine.
  5. Chloé Lebreton (UNIC) : La filière équine française, l’UNIC et la Chine.

Cette conférence permet de rencontrer des personnes impliquées dans l’organisation de ces courses Meydan en Chine, et notamment le Dr Anthony Kettle avec qui j’ai l’occasion de m’entretenir en fin de réunion. Il m’indique que les négociations du protocole sanitaire pour l’export et la réimportation de chevaux en provenance de Dubai ont été compliquées et très longues. Ces négociations ont duré environ un an, ce qui semble bien court malgré tout étant donné l’événement et les délais souvent bien plus longs imposés par l’administration chinoise. Nous apprendrons par la suite que la municipalité de Wenjiang où se déroule l’événement a fortement insisté auprès du gouvernement chinois pour que les autorisations soient accordées afin que la Chengdu Dubai International Cup puisse voir le jour rapidement sur l’hippodrome de Jinma.

Anthony Kettle me précise que les chinois semblent craindre la diffusion de bactéries transportées par les animaux. Les chevaux auraient été réceptionnés en Chine par des chinois en combinaison stérile, ce qui lui a semblé bien extrême. Tous les marchés pour animaux vivants ont été interdits dans un rayon de 10km autour du site en amont, pendant et en aval de l’événement. Quant au site en lui-même, il est entièrement sécurisé et les entrées sont réglementées. Les chevaux ont subi une quarantaine de deux semaines à Dubai, sont restés une semaine sur le site de Jinma et repartiront pour deux semaines de quarantaine à Dubai le mardi 8 ou le mercredi 9 avril.

  • Entretien avec Zhu Tao dans un salon de thé proche de l’hôtel Intercontinental, accompagné de sa fille.

Il souhaite toujours se rendre aux finales de la coupe du monde à Lyon du 15 au 18 avril et profiter de ce déplacement en France pour découvrir les lycées professionnels agricoles spécialisés dans les activités hippiques. Il a pour projet d’envoyer sa fille faire ses études secondaires en France. Nous lui proposons de lui faire visiter des structures permettant dans un premier temps de l’accueillir en stage pendant les vacances d’été. Il nous met en contact avec un agent de voyages afin d’organiser ces séjours pour enfants à plus grande échelle et nous prenons rendez-vous avec lui pour le lundi 7 avril. Zhu Tao souhaite importer des chevaux de France et développer un commerce de chevaux de sport et loisir français en Chine. Nous l’informons du blocage des importations mais cela ne l’inquiète pas, car il est persuadé que ce souci sera temporaire.

  • Cocktail et dîner organisé par Meydan à l’hôtel Intercontinental.

Nous y rencontrons Erwan Charpy, entraineur français des « Green Stables », Dubai, et son assistant Rémi Passelande. Ils font courir trois chevaux lors de la Chengdu Dubai International Cup qui a lieu le lendemain. Leur venue a été décidée par le Cheikh Al Maktoum en fonction des chevaux qu’il a souhaité faire voyager. Elle n’est en aucun cas motivée par une volonté de leur part, bien que les gains annoncés (et financés par Meydan) soient assez conséquents. Ils estiment ne pas avoir amené de très bons chevaux, même par rapport à la qualité des 48 chevaux présents (relativement médiocre à l’échelle de la qualité des chevaux qui courent habituellement à Dubai). Erwan Charpy et Rémi Passelande semblent douter de la réexportation des chevaux suite à l’événement. Ils nous ont confirmé que 250 personnes du groupe Meydan sont présentes à Chengdu pour assurer l’organisation des courses du lendemain.

L’objectif de Meydan serait, par cet événement sans précédent, de créer un pont pour les chevaux européens vers la Chine. Il s’agirait également de faire concurrence à TAK en Chine suite à des différends les opposant et de développer le concept de ces courses à d’autres provinces de Chine. Cela ferait de Meydan l’interlocuteur de référence pour tout ce qui touche aux courses de galop en Chine. Un contrat pour la reconduction annuelle de la Chengdu Dubai International Cup pendant 4 ans aurait été signé avec la Chine.

Lors du dîner, nous sommes assises à la table de Chang Wei. Il nous confirme la volonté du gouvernement provincial d’organiser ces courses avec Dubai. Chang Wei nous réexprime la satisfaction des membres du groupe SHG accueillis en délégation par l’UNIC en France en février dernier. Il nous confirme que SHG souhaite organiser une tournée d’achat et de visite en Europe (France, Allemagne et Pays Bas) pour les adhérents de leur centre équestre. Le projet est en cours d’étude.

Michelle échange avec Jennyfer Zhou concernant Wulanbater, un acheteur de trotteurs ayant sollicité des marchands français et ayant laissé le projet sans suite. Elle nous annonce que ce monsieur, qui devait acheter de nombreux pur-sang en Irlande, a finalement acheté des chevaux aux Etats Unis, provoquant la colère des éleveurs et marchands irlandais. Un investissement de sa part en France semble donc compromis, bien qu’il affirmait alors que, selon les contacts qu’il avait au gouvernement, le problème de protocole sanitaire avec la France trouverait une issue favorable avant le mois de mai. Il semble finalement se tourner vers des chevaux ambleurs, que nous ne produisons pas en France.

M. Sun Lisheng, secrétaire général adjoint de la CEA et responsable de l’équipe nationale, est présent. Nous lui parlons de la venue de Pascale Boutet. Un contrat doit être rapidement préparé. Nous lui parlons également de l’éventuel déplacement d’un écuyer du Cadre Noir en Chine au mois d’Octobre prochain. Il garde un excellent souvenir du stage organisé à Chengdu en 2011 avec François Fontaine. Il est donc de nouveau partant pour ce projet de stage.

Linda Lee et Meiwa Gao, présentes pour l’événement, nous annoncent que le site du festival Equex 2014 n’a pas encore été choisi.

  • Journée de courses à l’hippodrome Jinma

Cette réunion de courses est organisée par Meydan Group, en partenariat avec Guangsha Group, une entreprise spécialisée dans la construction, dont celle de l’hippodrome Meydan à Dubai. Le partenariat s’est noué grâce à ce projet de construction réalisé en 2008. En 2010, Guangsha a investi 5 millions de dollars pour sponsoriser une course Coupe du Monde à Dubai. Depuis, Guangsha et Meydan sont devenus partenaires stratégiques dans le monde des courses. Par ailleurs, la ville de Chengdu et le district de Wenjiang ont apporté un soutien à l’événement qui leur permet de promouvoir la ville et le district devant les invités étrangers. La ville de Chengdu attache une grande importance au développement de la filière équine, l’organisation du festival équestre en Chine en témoignant.

La collaboration entre les deux pays est appuyée par le fait que les paris ne sont pas autorisés en Chine comme aux Emirats Arabes Unis et que le modèle des courses de Dubai peut donc être plus facilement exportable en Chine aux yeux des officiels.

Cinq courses sont organisées dans l’après-midi. Les primes sont assez élevées (3,75 millions de yuans au total). Les courses sont organisées selon les strictes exigences du groupe Meydan. C’est la première fois que des courses Meydan sont organisées hors des Emirats Arabes Unis. Le personnel (jockeys, stewards, etc) est exclusivement originaire de Dubai. Un rond de présentation a été créé devant la tribune d’honneur et un programme détaillé de la réunion et des chevaux partants est distribué à chacun. A chaque cheval est associé un propriétaire « d’honneur » chinois, apparemment tous partenaires du groupe Guangsha. Cette implication symbolique rajoute, pour les investisseurs chinois, de l’intérêt ludique à l’événement.

Les courses sont un véritable succès et se déroulent sans fausse note. Erwan Charpy réussit à placer deux de ses chevaux en première et deuxième place de la cinquième course.

  • Rencontres diverses à noter

Kevin Connolly, membre du Beijing Jockey Club, travaillait sur l’hippodrome de Pékin fermé depuis quelques années. Il est à présent responsable d’une ferme d’élevage de pur sang près de Pékin. Cet élevage compte environ 1000 chevaux destinés à la reproduction et à la vente en Chine. Il a obtenu son invitation via Chang Wei. Il nous confirme que c’est la première véritable course aux standards internationaux en Chine.

Audrey Le Belenger, expatriée française qui travaillait pour le Consulat de France à Chengdu, à présent employée dans une société de services de la même ville. Elle est accompagnée des responsables du centre équestre Qijun de Chengdu, le centre équestre qui occupe habituellement les infrastructures du complexe de Wenjiang, jouxtant l’hippodrome de Jinma. Leurs chevaux ont été déplacés temporairement sur un autre site afin d’éviter tout contact avec les chevaux Emiratis. Ces deux personnes ont connu l’UNIC lors des qualificatives de CCE aux Jeux Chinois à Jinan en 2013. Ils disposent d’une cinquantaine de chevaux, principalement des pur sang de réforme, et quelques poneys shetland. Ils souhaitent coopérer avec la France et nous demandent de faire venir un moniteur français dans leur centre équestre pour donner des cours et travailler à la gestion des écuries. Nous nous engageons à leur envoyer des candidatures rapidement.

Dîner en compagnie de Will Mayer (Keeneland), Satish Seemar (entraineur de Zabeel Racing Stables à Dubai), Jimmy George (marketing director des ventes Tattersalls à Newmarket) et Michael Donohoe (BBA Ireland Ltd). Après une brève présentation de l’UNIC, Michael Donohoe exprime son intérêt pour les ventes de chevaux de sport organisées en France. Nous le tiendrons donc informé des dates des prochaines ventes amiables SHF.

  • Rendez-vous avec le Yuandong Group

Nous retrouvons Zhu Tao dans les locaux de Yuandong Group, une agence de voyages spécialisée en séjours de luxe à l’étranger. Nous y rencontrons Xiaoliang Liu, le directeur du groupe. L’agence propose des produits touristiques par thèmes ou sur mesure, par groupes d’une vingtaine de personnes (très petit groupe en comparaison avec les produits habituellement proposés sur le marché chinois…) au pouvoir d’achat important. Les destinations couvrent tous les continents, y compris l’Antarctique ! Les tarifs se situent entre 15 000 et 30 000 RMB par personne en fonction des voyages. Ils organisent plus de 1000 départs par an. Avec Zhu Tao, ils développent un projet « Global Discovery Club » qui vise les sports et activités dits « de luxe » (courses de voiture, hélicoptère, etc). Il souhaite développer le concept des séjours pour enfants et familles sur le thème du cheval en France. Cette destination, très réputée en Chine, l’intéresse beaucoup pour ce type de séjour. L’un des responsables de son agence a participé à une conférence organisée par la région Champagne Ardenne à Chengdu en vue de promouvoir le tourisme régional. Il souhaite intégrer des visites de cette région dans le programme. Son groupe, basé à Chengdu, fait preuve d’une excellente politique de communication. Il pense donc pouvoir attirer de nombreux clients de la province du Sichuan. Si la formule fonctionne, nous pourrons donc l’étendre à d’autres provinces de Chine. Nous devons lui envoyer un programme détaillé de séjour afin de pouvoir organiser un premier séjour cet été.

  • Visite du centre équestre Sichuan Hopeway Equestrian Club.

La fille de Zhu Tao monte à cheval dans ce centre équestre basé sur les infrastructures du Pentathlon moderne de Chengdu. 70 chevaux, principalement des réformes des courses de Macau et Hong Kong, et quelques croisements de chevaux locaux, permettent à environ 400 membres de monter à cheval moyennant 400 à 600 yuans pour une heure d’équitation. Le site accueille également de nombreux couples pour faire des photos de mariage.

L’accueil du directeur Li Gang est assez froid. Il nous dit ne pas travailler avec d’autres filières étrangères et n’a aucune demande à nous formuler. Nous abrégeons donc la visite.

 

Projets et suites à donner

 
  • Envoyer des candidatures de moniteur au centre équestre Qijun.
  • Envoyer le programme des séjours enfants et famille à l’agence Yuandong
  • Tenir informé Michael Donohoe des prochaines ventes amiables SHF
  • Suivre l’organisation du programme Chengdu Dubai International Cup et des événements similaires pouvant apparaitre dans d’autres provinces de Chine.
 

Conclusion

 

Cette première édition de la Chengdu Dubai Meydan Cup fut un réel succès. Elle donne cependant à s’interroger sur la viabilité économique de ce genre d’événement, qui place le reste du monde « hors course ». Bien que l’objectif de réussite soit atteint, il semble difficile d’envisager des retombées à hauteur de l’investissement réalisé, même sur le long terme.

Cet événement créée cependant un précédent dans l’importation et réexportation des chevaux de compétition, exemple suivi quelques mois plus tard par le CSO à Shanghai. Ces événements ponctuels parviendront peut-être, à terme, d’assouplir les réglementations chinoises pour faciliter la circulation des animaux, et donc le commerce international.

 

Intérêts

 

Savoir-faire

La Chine manque encore de savoir-faire autour du cheval : organisation de courses, mais aussi enseignants d’équitation et soins aux chevaux, ce déplacement a mis en évidence différents points que la Chine doit chercher hors de ses frontières.

Loisirs

Une demande de collaboration entre agences de voyages nous a été formulée lors de ce déplacement pour l’accueil de groupes chinois en séjours équestres en France.

Courses

Cet événement prouve l’intérêt des chinois pour les courses. Hors cette activité reste bridée par le manque de moyens engagés et l’interdiction faite sur les paris par le gouvernement… Veille active à poursuivre, cependant, pour être présent au bon moment !

Télécharger le rapport de mission au format PDF
Télécharger