Beijing (CHINE)

China Horse Fair 2015

Du 13 au 16 octobre 2015

Rapport précédent Rapport suivant

 

Contexte

 

Cette année encore, l’UNIC avait pour mission de coordonner la mise en place du Pavillon France sur le Salon du Cheval de Pékin, du 13 au 16 Octobre.

L’année 2015 ayant été marquée par une forte demande de la part des chinois dans les secteurs de la formation et du commerce de chevaux notamment, nous observons par conséquent un regain d’intérêt pour ce déplacement de la part des exposants français.

Il est à noter cependant dans le contexte récent que le protocole sanitaire franco-chinois est de nouveau suspendu depuis la détection de cas de West Nile dans le Sud de la France.

Le Pavillon France situé, comme tous les ans, à l’entrée du Salon, et profitant d’un aménagement commun particulièrement visible, permet aux professionnels français d’exposer dans les meilleures conditions possibles. Pour cette édition 2015, vingt-quatre organismes, soit une quarantaine de personnes, avaient choisi d’être présents ou représentés sur le Pavillon France pour une surface globale de 99m2.

Liste des exposants 2015, dans l’ordre alphabétique :

  • Butet Sellier
  • Chambre Syndicale des Commerçants de Chevaux de France
  • Cheval Normandie
  • Conseil des Chevaux de Basse Normandie
  • Conseil des Chevaux de Bretagne
  • Conseil des Chevaux de Nord Pas de Calais – Picardie
  • Conseil Départemental de Charente Maritime
  • Conseil Régional des Pays de la Loire
  • Ekkia
  • Fédération Française d’Equitation
  • French Racing and Breeding Committee
  • Groupe France Elevage
  • Haras du Bois d’Argile
  • IMV Technologies
  • Institut Français du Cheval et de l’Equitation
  • Invivo NSA – Royal Horse
  • Ipony
  • Le Trot
  • Pari Mutuel Urbain
  • Reverdy
  • Société Hippique Française
  • Union Nationale Interprofessionnelle du Cheval
  • Village équestre de Conches
  • Wanahorse

En complément de la mise en place du Pavillon France, l’UNIC proposait cette année des visites communes ou des rencontres adaptées aux demandes de chaque organisme. Ce déplacement à Pékin constituait pour plusieurs organismes et entreprises françaises un premier contact avec le marché chinois, et ces visites et rencontre leur ont donné l’opportunité de mieux appréhender les spécificités du pays.

 

Points essentiels de la mission

 
  • Salon

Le salon est similaire à celui de l’année précédente, tant par la taille que par la nature et l’origine de ses exposants. Il est à noter la taille plus restreinte du Pavillon Allemand et du Pavillon Hollandais, toujours attenant au Pavillon France.

Notre Pavillon est le plus visible du salon, et s’avère incontournable pour l’ensemble des visiteurs par son placement devant la seule entrée/sortie du Hall d’exposition. La bannière qui le couronne est, comme les années précédentes, très visible et reflète particulièrement bien la filière équine française dans son ensemble.

Comme chaque année, des temps – 1h30 au total – étaient aménagés dans l’espace forum pour la présentation des organismes et entreprises qui le souhaitaient (l’UNIC présentant la FFE et Ipony, IMV Technologies, Haras du Bois d’Argile, GFE). Ces présentations donnent l’opportunité aux exposants de disposer d’un temps d’attention plus global de la part des visiteurs du salon.

Cette édition du China Horse Fair a semblé attirer plus de visiteurs que l’année précédente. Pour rappel, en 2014, un CSI organisé à Shanghai la même semaine avait réduit le nombre de professionnels présents à Pékin et avait donc limité le nombre de visiteurs sur le salon. Cette année, un concours de CSO de niveau national était organisé à Equuleus, centre équestre situé à proximité du salon. L’incidence positive s’est donc fait sentir et l’affluence est restée constante lors de ces trois jours de salon.

  • Visites

Afin de faire découvrir ou redécouvrir la filière équine chinoise aux exposants français qui le souhaitaient, l’UNIC proposait différentes visites de structures équestres pendant le salon. Ces visites permettaient de mieux comprendre les débouchés dans le secteur du sport et loisirs, et d’ouvrir le réseau de contacts de chacun.

Le mardi 13 octobre en fin de journée, une dizaine d’exposants français ont participé à la visite de Ipony, le poney club créé en partenariat avec le Département de Charente Maritime et la FFE. La délégation de Charente Maritime avait prévu de se rendre sur place le lendemain matin pour faire un point plus formel avec les équipes du poney club.

Cette structure, très originale et imaginée pour les poneys et le confort des clients et de leurs accompagnateurs, fait figure de précurseur dans le cadre du partenariat entre la FFE et la CEA pour la transmission du modèle fédéral français. Nous sommes accueillis par Sophie Roos et Virginie Morin, les deux monitrices françaises officiant sur le site depuis son ouverture, ainsi que le directeur général et le directeur des exploitations du poney club.

Le développement exponentiel de ce poney club traduit son succès auprès des chinois. Les infrastructures de qualité, la cavalerie originaire de France adaptée à toutes les tailles de cavaliers ainsi qu’une pédagogie nouvelle en Chine contribuent à l’essor des activités qui nous sont décrites comme débordantes. Une nouvelle carrière et une nouvelle écurie sont déjà en cours de construction pour étendre le site inauguré en mai 2015. « Victime » de son succès, le poney club Ipony doit pousser les murs et espérer que le protocole sanitaire franco-chinois se débloque afin de faire venir de France de nouveaux poneys au plus vite.

Le partenariat franco-chinois semble fonctionner en surface mais donne du fil à retordre aux monitrices françaises chargées d’appliquer le projet pédagogique et les méthodologies à la française auprès des moniteurs chinois et des responsables de la structure.

Cette visite complète et détaillée, commentée par Sophie Roos, fut très enrichissante pour l’ensemble des exposants présents. La capacité à exporter notre système fédéral, nos chevaux et nos moniteurs s’observe ici en pratique. Cette structure test en dit long sur le potentiel d’activité, mais aussi sur les difficultés rencontrées, principalement culturelles, pour sa pérennisation sur le long terme.

Le jeudi 15 octobre après-midi, quelques exposants (Nicolas Bourgault, Bruno Nebout, Laurence Cornaille, Bertrand Piganiol, accompagnés de Chloé Lebreton) ont été accueillis au Sheerwood Equestrian Club en même temps que la délégation de Charente Maritime.

Une visite de la clinique vétérinaire nous est proposée en introduction. Cette clinique, très bien équipée (salle d’opération complète, salle de radiographie, etc), a déjà un partenariat avec l’Espagne. Un vétérinaire espagnol y travaille à temps plein et encadre les vétérinaires chinois. Le directeur de la clinique étant indisponible à l’heure de notre arrivée, nous effectuons une visite très rapide avec l’un des vétérinaires chinois de la structure.

Suite à cela, nous sommes accueillis par M. Li Gang, l’un des gérants associés du Sheerwood Equestrian Club, à son domicile adjacent au centre équestre. L’architecture de l’ensemble est inspirée des haciendas espagnoles. M. Li Gang, qui est également journaliste indépendant pour le magazine équestre spécialisé Horsemanship, connaît très bien l’équipe de l’UNIC. En effet, nous l’avons déjà accueilli à plusieurs reprises en France notamment lors d’un Games Tour organisé pendant les Jeux Equestres Mondiaux en 2014, mais aussi plus récemment en Juillet 2015, pour l’aider à la rédaction d’un article sur le système fédéral français (article disponible sur demande).

Li Gang prend le temps de s’entretenir avec la délégation de Charente Maritime, puis il nous invite à visiter le centre équestre. Les infrastructures sont d’excellente qualité et les chevaux sont en parfait état. M. Li Gang nous avoue son penchant pour la France et les produits français, mais malheureusement, les autres associés préfèrent les pays germaniques et l’Espagne. Il lui est donc difficile de faire entendre sa voix ce qui limite les possibilités de partenariat avec ce centre équestre. Cependant, cette visite fut l’occasion de resserrer encore un peu plus les liens avec ce monsieur qui se distingue par son franc parler, tant en face à face que dans les médias qu’il alimente.

Le vendredi 16 octobre après-midi, alors que le salon se clôture, la grande majorité de notre délégation française s’est rendue sur le concours national organisé sur le centre équestre Equuleus. Nous y revoyons quelques contacts connus. L’accès à l’ensemble des tribunes du concours permet à ceux qui le souhaitent de nouer de nouveaux contacts et d’observer le niveau des chevaux et des cavaliers.

En fin de journée le vendredi 16 octobre, Laurence Cornaille, Michelle Chen et Chloé Lebreton étaient invitées à l’inauguration du centre équestre Zhonglong Qishi. Ce centre équestre, en partenariat avec la Normandie, est très lié à la France. Notre présence institutionnelle les a donc ravi. Les poneys, tous achetés en Normandie, ont été présentés au public un à un. Puis, la fille du directeur a déroulé une reprise de dressage devant le public. Cette cavalière avait suivi un stage en Normandie quelques mois auparavant pour obtenir le Galop 7 de Dressage.

Une entrevue avec le directeur du centre équestre lui permet d’obtenir des informations sur le système fédéral français et sur ses possibilités d’affiliation à la FFE. Par ailleurs, il souhaite développer une activité d’équithérapie et aimerait pour cela approfondir ses relations avec la France pour en apprendre davantage.

  • Rendez-vous et rencontres

En parallèle des visites plutôt générales, l’UNIC a organisé des rencontres ciblées en fonction des demandes formulées en amont du salon par les exposants.

Un dîner sur le thème de l’endurance a donc eu lieu en présence côté français de Bernard Bouilhol (Conseil des Chevaux de Bretagne),Guy et Nadia Lehembre (éleveurs de Nord Pas de Calais Picardie), Chloé Lebreton et Michelle Chen (UNIC). Côté chinois étaient présents :

  1. Zhi Gang, cavalier d’endurance ayant couru les Jeux Equestres Mondiaux 2014 en Normandie après avoir suivi un circuit de qualification principalement en France.
  2. Wuzala, cavalier d’endurance, mais aussi organisateur de courses d’endurance et d’évènements équestres, et directeur du site ww.horse.cn.
  3. Wu Zheng, cavalier et propriétaire de chevaux d’endurance en Chine.
  4. Qu Tao et Li Chao Zheng, cavaliers d’endurance souhaitant participer à des courses FEI hors de Chine.

Ces cavaliers chinois nous exposent leur volonté de se qualifier pour les championnats du monde d’endurance qui se tiendront aux Emirats Arabes Unis en 2016. Ils souhaitent mettre en œuvre un programme de qualification pour se donner les moyens d’y parvenir. En parallèle, ils aimeraient acheter des chevaux français de qualité intermédiaire pour courir des courses en Chine et améliorer la génétique des chevaux produits pour l’endurance. Nous sentons que les succès récents en France de M. JiaHuilin, M. Zhi Gang et M. Cheng Zhaoyi ont fait écho en Chine et que la demande se diversifie.

En fin de repas, Wuzala nous conduit auprès de M. Sui Bo pour que ce monsieur, absent lors du dîner, puisse nous parler de ses projets dans la discipline de l’endurance. Il aimerait monter un programme de formation pour constituer une équipe solide en vue des championnats du monde. Pour cela, il demande à la France de mettre sur pieds un programme théorique et pratique qui serait enseigné en Chine avant le printemps 2016 par un professionnel français.

Pour certains exposants français, le déplacement avait pour objectif de trouver des distributeurs pour leurs produits en Chine. L’UNIC a ouvert son réseau à ces entreprises pour organiser des rencontres personnalisées afin de les aider à avancer dans leurs projets. Ces rencontres ne peuvent cependant entraîner de retombées réelles qu’en fonction des contraintes liées à l’entrée sur le territoire des produits concernés.

L’UNIC a donc à cœur de faciliter ou de tenter d’accélérer les processus de validation des différents protocoles à l’export vers la Chine.

Un entretien s’est tenu à l’Ambassade de France à Pékin avec Charles Martins Ferreira, le Conseiller Agricole Régional Adjoint, en présence de certains exposants directement concernés par des problèmes de blocages sanitaires et/ou administratifs. Les sujets abordés ont été les suivants :

  1. Protocole sanitaires pour les chevaux vivants : Laurence Cornaille de l’IFCE a fait le point avec Charles Martins Ferreira sur la situation de blocage existante suite à la détection de virus « West Nile » en France
  2. Arnaud Evain (GFE) souhaitait être informé sur les possibilités de création d’un protocole pour la semence équine congelée
  3. Eric Leclerc (Reverdy) a exposé ses difficultés pour obtenir les autorisations de mise en marché de ses produits en Chine
  • Autres points à noter

Accompagnement de la délégation de Charente Maritime :

Le 14 octobre, la délégation est reçue par M.Yiu Kak, a Clearwood, situé dans le district de Shunyi, près de l’aéroport. M.Yiu Kak est une connaissance de longue date de l’UNIC. Il est fondateur de Beijing Turf and Equestrian Association, propriétaire de l’Ecurie Clearwood et sponsor de l’Equipe CSO de Pékin. Dans son club House, il présente l’historique et la situation actuelle de la filière équine en Chine et notamment à Pékin. Il a ainsi répondu aux nombreuses questions posées par les membres de la délégation en matière de la formation et de la santé du cheval. M.Chen Che, secrétaire général de la BTEA a présenté les actions de cette structure en vue de promouvoir les sports équestres au tour de Pékin. Suite à cet entretien, M.Yiu nous a fait visiter de ses écuries, ou hébergent les chevaux de CSO de haut niveau ainsi que les chevaux de propriétaires.

Le 15 octobre, la délégation s’est rendue au salon et a visité le centre équestre de Sherwood.

Le 16 octobre, la délégation est allée au concours Equuleus en fin d’après-midi.

Entretien avec Chen Che (BTEA) : Dans le cadre de la convention signée entre la FFE et la CEA, nous souhaitons délivrer une première formation aux élèves moniteurs chinois avant la fin 2015 à Pékin. Ce projet sera soutenu par la BTEA pour la mise en place. La réunion entre l’UNIC, représentée par Jean-Yves Camenen et Michelle Chen, et la BTEA, représentée par Chen Che, a permis de fixer les grandes lignes de cette formation.

Entretien avec Li Nianxi (CEA) :

Le 16 octobre, Jean-Yves Camenen, Michelle Chen et Li Nianxi se sont vus à l’hôtel Novotel Peace. M. Li Nianxi a réaffirmé que la CEA souhaite continuer les partenariats avec la France, notamment l’UNIC et la FFE, malgré les nombreux problèmes internes survenus au cours de cette année à la CEA. La CEA attend également une réforme administrative pour se transformer en une structure indépendante de l’administration sportive.

Entretien avec Chang Wei et Fan Jiayi (Penglai Hesheng Elevage) :

Penglai Hesheng Elevage, dont le propriétaire M. Fan Jiayi, souhaite créer une école d’équitation labélisée FFE et restructurer son élevage. L’UNIC doit organiser une visite d’expertise en début 2016 et leur proposer des enseignants français.

Entretien avec Chang Wei et Wu Youhong (Nankin) :

Wu Youhong, propriétaire et gérant de l’hippodrome/complexe équestre de Nankin souhaite redynamiser son site pour créer une école d’équitation et développer les événements équestres. L’UNIC doit organiser une visite d’expertise en début 2016 et leur proposer dès maintenant des enseignants français.

 

Projets et suites à donner

 
  • Le Salon, bien que de taille modeste, reste un point d’ancrage intéressant durant ce séjour annuel à Pékin. L’investissement est à maintenir pour les années à venir, mais il n’est sans doute pas nécessaire de chercher à en faire plus sur le salon. Dans la forme, un Pavillon plus ouvert et plus aéré favoriserait probablement les échanges et les prises de contact. L’UNIC a proposé à l’organisateur du salon de se coordonner avec le centre équestre Equuleus afin d’établir la salon sur le site d’Equuleus en 2016
  • Suivre le projet de développement de l’équithérapie au ZhonglongQishi et faciliter leur prise de contact avec les bons interlocuteurs en France.
  • Poursuivre les échanges sur le thème de l’endurance. La venue régulière de cavaliers en France est favorable au développement des activités dans ce domaine. Or la demande concrète de programme de qualification complet et de formation est nouvelle et il serait intéressant pour la filière française de s’en saisir.
  • Différentes rencontres entre des entreprises françaises et des entreprises chinoises ont été initiées par l’UNIC lors de ce déplacement. Notre rôle est de favoriser la pérennité de ces contacts et de faciliter la mise en œuvre de partenariats.
  • Bien que la CEA soit actuellement préoccupée par de nombreux sujets en interne, nous continuons de communiquer sur l’export du modèle fédéral français. Les centres équestres chinois intéressés sont toujours plus nombreux. Nous devons donc mettre en place une solution palliative en attendant que la CEA se ré implique plus directement dans ce projet.
 

Conclusion

 

Ce séjour à Pékin a été riche en rencontres et en déplacements pour l’ensemble des exposants français présents. Le nombre de visiteurs nous a semblé en hausse et la constance des entrées sur le salon lors des trois jours d’événement diffère de ce que nous avions pu constater les années précédentes.

Malgré le fait que la soirée à l’Ambassade n’ait pas été reconduite cette année, notre connaissance de la filière équine locale après plusieurs années de présence nous a tout de même permis de revoir une grande majorité de nos contacts. En effet, notre venue est maintenant connue de tous et la taille du groupe composant notre délégation nous permet d’être présents en simultané sur le salon comme à l’extérieur. Notre notoriété et notre expérience nous permettent donc de pérenniser les contacts et de continuer à ouvrir le marché pour la filière équine française en Chine.

 

Intérêts

 

Elevage

De nombreux projets d’élevage voient le jour en Chine et sont en recherche de génétique internationale.

Savoir-faire

Les sports équestres et l’élevage de chevaux étant des activités nouvelles en Chine, le besoin en savoir-faire spécifique est au plus haut !

Formations

Afin de pouvoir développer au mieux la filière équine chinoise, la structuration passe par la mise en place de nouvelles formations aux métiers du cheval.

Courses

Bien que les paris ne soient toujours pas autorisés en Chine, cette activité se maintient et nécessite de plus en plus de savoir faire.

Sports

La recherche de la performance au plus haut niveau promet de nombreux débouchés en Chine pour tous les produits et services relatifs au sport.

Entreprises

Le développement rapide de la filière équine chinoise ouvre d’importantes brèches pour les entreprises qui souhaitent approcher ce marché… avec précaution !

Loisirs

Les relations entre la FFE et la CEA promettent au secteur des loisirs équestres d’excellents partenariats franco-chinois !

Télécharger le rapport de mission au format PDF
Télécharger