Istanbul (Turquie)

Equist Fair 2013

Du 11 au 14 avril 2013

Rapport précédent Rapport suivant

 

Contexte

 
Equist Fair

L’entrainement sur l’hippodrome

L’année dernière à la même époque, un groupe de français s’était déplacé à l’occasion du 1er salon du cheval de Turquie. A la suite de cet événement, nous avions conclu qu’il fallait renforcer les échanges au niveau institutionnel pour améliorer les relations. Celles-ci ne nous on pas parues évidentes au premier abord malgré une demande existante. Il faut apprendre à y répondre pour intégrer ce marché, les habitudes étant actuellement prises avec les fournisseurs allemands.

Les participants :
– Vanessa Gau pour Theault : www.theault.com
– Michel Crommer pour Green Pex : http://greenpex.fr/
– Thierry Burnier pour Equissage : http://www.massage-horse.com/
– Bertrand Poche pour la CSCCF : www.csccf.com
– Arnaud Evain pour Fences : www.fences.com
– Philippe Lemaitre pour la SHF : www.shf.eu
– Julien Murier pour ses écuries et la vente de poneys : http://www.ecuriesdebelval.com/

Le 11 avril (la veille de l’ouverture du salon), une visite au sein de structures hippiques importantes d’Istanbul était organisée par le groupe EKO, organisateur du salon Equist. Nous sommes donc arrivés le 10 avrilpour pouvoir y participer et également préparer l’espace France prévu sur le salon.

 

Points essentiels de la mission

 

Visite de l’hippodrome d’Istanbul où nous sommes accueillis par 2 représentants du Turkish Jockey Club (TJK) : le chef des importations, monsieur Cemil Celepci et le responsable des affaires internationales, monsieur Adem Kutay Yusufoğlu.
Après une vue panoramique depuis les tribunes sur les pistes, nous visitons les installations annexes avec le rond de présentation, les boxes de préparation, la salle des balances, les écuries, la clinique vétérinaire…
Plus d’infos : www.tjk.org

Equist Fair

Dans les tribunes

Equist Fair

Les pistes vues des tribunes

Equist Fair

Les écuries


Arrivé au club hippique de Maslak, nous sommes accueillis par la responsable Mme Ayse DANISMEND.
Ce club équestre de plus de 300 membres ouvert en 1956 à Maslak, le nouveau quartier des affaires d’Istanbul, compte 200 chevaux. Installé sur une surface d’un peu plus de 16 Ha, on y compte en tout 3 manèges et 2 carrières. Tout est prévu pour le confort des chevaux et de leurs propriétaires (rond de longe, marcheur, club house, restaurant,…).
Plus d’infos : http://www.iask.org.tr/

Equist Fair

La grande carrière

Equist Fair

La 2ème carrière

Equist fair

Un des manèges

Equist Fair

Le Poney Club

Equist Fair

Les écuries

Equist Fair

Le grand manège

Nous y rencontrons un des cavaliers venu aux ventes du Mans, en train de travailler le cheval acheté à cette occasion. Il nous présente le nouveau président de la fédération équestre Turque. Il est convenu que nous échangions à l’avenir sur le programme des formations en Turquie, sur les objectifs en terme de compétitions et sur les possibilités de développement des relations franco-turques dans le domaine du secteur équin.


Le salon Equist, première journée un peu calme, nous en profitons pour rencontrer les autres exposants (écoles, clubs, entreprises Turques de produits équins…) et quelques représentants des institutions (fédération, TJK…). Certains contacts se sont avérés très prometteurs, des projets d’échanges universitaires, de stages et de formations ont été abordés ainsi que d’autres projets pour des achats de chevaux. Les formations spécifiques au monde du cheval en Turquie sont relativement peu nombreuses. Il existe quelques écoles et universités qui forment en peu de temps (2 ans) des «entraineurs» pour les courses comme pour les sports hippiques… Ces mêmes universités spécialisent des vétérinaires en équine (peu nombreux en Turquie). Beaucoup des meilleurs professionnels du cheval sont partis à l’étranger pour se former. Passer par le biais de ces échanges permettra de développer les relations et d’élargir notre impact au sein du secteur équin Turc. Les principales catégories d’exposants présents :

  • équipements du cheval
  • équipements du cavalier
  • équipements d’écuries
  • santé et nutrition du cheval
  • techniques et équipements vétérinaires
  • transport
  • formations

Pour plus d’informations sur le salon Equist : http://www.equist.org/english/index.htm

Equist Fair

Une partie du stand France

Equist Fair

Le stand Alltech pour les JEM 2014

Equist Fair

Le stand France vue d’un angle

Equist Fair

La partie centrale du Stand France


Visite du club de Maslak, un concours de niveau national y était organisé. Nous y rencontrons une personne française impliquée dans un projet équestre de grande envergure.

Equist Fair

La piste de concours au club hippique de Maslak


Visite de l’hippodrome d’Istanbul pour y voir l’entrainement des chevaux. Présence au salon de 9h à 18h : plus de visiteurs, des demandes précises pour les chevaux, les stages en France, … Des projets concrets sont abordés. Les échanges sont plus nombreux que l’année passée.

A noter par ailleurs, la présence du magazine TRUVA (unique magazine équestre de Turquie) sur le salon, en libre distribution. Dans la 4e édition, un article de 4 pages est dédié aux ventes du Mans. D’autres articles sur la filière équine française vont leur être proposé par la suite. N’hésitez pas à leur soumettre vos idées et vos articles ainsi qu’à y diffuser vos annonces !
Web : http://www.truvamagazine.com/iletisim.htm

Equist Fair

Couverture de l’édiction n°4 du magazine Truva

 

Projets et suites à donner

 

La fédération équestre vient de changer de président, le nouvel élu s’appelle monsieur Tunç Çapa. Les objectifs de celle-ci semblent se préciser pour les années à venir. En effet, la Turquie ayant candidaté pour les JO de 2020, ils ont plus que jamais le projet de préparer leurs équipes pour cette échéance. Pour cela, René Tebbel, un cavalier allemand a déjà été engagé pour entrainer l’équipe nationale et préparer les jeunes cavaliers turcs pour les Jeux Méditerranéens et les Championnats Européens. Dans leur objectif de développement.
du secteur équin, la fédération compte augmenter son nombre de licenciés (946 cavaliers actifs aujourd’hui, objectif + 300 en 2013), mais également structurer et moderniser son système éducatif et ses programmes d’entrainement. Autre effort prévu pour atteindre ses objectifs, la fédération prévoit l’achat d’une quinzaine de jeunes chevaux de sport (plus économique que des chevaux de haut niveau), pour les entrainer et choisir les 5 meilleurs pour les emmener aux championnats du monde jeunes chevaux de Lanaken puis participer à des compétitions internationales et ce afin de préparer les JO 2020. Enfin, à plus long terme, un projet se développe également autour de l’élevage de chevaux de sport. La fédération Turque a déjà abordé ce sujet avec le ministre de l’Agriculture. Pour cela, Ils envisagent d’importer des juments pleines de France et d’Allemagne, en espérant pouvoir organiser sur place des ventes de chevaux de sport, pour les cavaliers Turcs dans un délai de 3 à 4 ans.

 

Conclusion

 

La Turquie n’est pas un marché simple. Pour initier des relations et espérer les voir aboutir sur des échanges concrets, il est nécessaire de construire celles-ci dans une perspective à long terme et donc dans un climat de confiance. Sur un plan pratique, il faut souligner que les autorités Turques appliquent une taxe à l’importation importante qu’il faut prendre en considération (pour les petits camions et les vans par exemple). Pour les chevaux, cette taxe est de 30% (hors chevaux d’élevage).

 

Intérêts

 

Télécharger le rapport de mission au format PDF
Télécharger