Beijing (CHINE)

Visite de centres équestres

Du 15 au 25 février 2016

Rapport précédent Rapport suivant

 

Contexte

 

Mise en lumière en Chine par les Jeux Olympiques de 2008, l’équitation était alors considérée comme un sport prestigieux. Petit à petit, sur le modèle des pays occidentaux, la pratique se démocratise et s’ouvre à un public plus large, dont les enfants.

Dans ce nouveau contexte, l’application d’un modèle pédagogique structuré, sécuritaire et motivant est apparu comme une évidence aux institutions chinoises ainsi qu’aux professionnels de cette filière naissante. Le travail de promotion et de rapprochement interfédéral effectué par l’UNIC ces dix dernières années a initié un engouement pour le système fédéral français en Chine. Au regard de la capacité bien connue de la société chinoise à évoluer à un rythme exponentiel, cet engouement est rapidement devenu viral et s’étend dans les centres équestres de Chine à la vitesse d’un cheval au galop !

Du 15 au 25 Février, l’UNIC était en Chine pour effectuer un état des lieux des structures équestres candidates à l’affiliation. En moins de dix jours, près de quinze centres équestres ont été visités dans cinq villes du pays (Shanghai, Nanjing, Penglai, Jinan et Pékin).

La délégation se composait de :

  • Camille MARTIN, Instructeur
  • Michelle CHEN, UNIC
  • Jean-Yves CAMENEN, UNIC, du 15 au 19 Février
  • Chloé LEBRETON, UNIC, du 19 au 25 Février
 

Points essentiels de la mission

 
  • Rencontre avec M. Min Jiedong, Shanghai (15 Février)

M.Min Jiedong a une société de location d’avions. Avant 2005, il avait acheté des chevaux et financé un stage en France pour les cavaliers de la province du Jiangsu. Il avait également un projet de complexe équestre sur une île de Suzhou.

Après quelques années de silence, M. Min Jiedong a de nouveau fait appel à l’UNIC lors du China Horse Fair de Pékin en octobre 2015. Il relance son projet de parc à thème dans la ville de Shanghai. Ce parc situé dans le district Pudong s’étendrait sur 60 hectares. M. Min souhaite y construire les installations adaptées à la pratique de l’équitation de loisirs. Un retour à la nature semble être le leitmotiv de ce parc. Le prix du ticket d’entrée sur ce parc serait de 200 RMB par personne, ce qui rendrait ce projet économiquement intéressant. M. Min souhaite aussi y intégrer des spectacles équestres et de l’attelage pour le public. Il pense importer 150 à 200 chevaux d’Europe.

  • Visite du site d’entrainement de l’équipe de Shanghai (15 Février)

Accueil de Mimi (Lu Wei) sur place. L’équipe a remporté une médaille d’argent en équipe en décembre dernier à Huizhou, sous l’encadrement de M. Frédéric Pierrard. Nous avons visité les installations et l’écurie où se trouvent des chevaux achetés en France en 2012. Mimi nous a également montré les 6 chevaux achetés en Nouvelle Zélande et en Australie. Ces chevaux, isolés dans une écurie de quarantaine, sont notamment des chevaux de complet.

Mimi nous a expliqué que le budget de l’équipe a été réduit par rapport aux derniers Jeux Nationaux. De ce fait, ils ne pourront plus aller s’entrainer à l’étranger. Elle pense qu’après les Jeux Chinois de 2017, le site sera amené à s’ouvrir au public pour s’autofinancer. Ils accueillent de plus en plus de cavaliers pour venir apprendre l’équitation. Le système français avec les Galops l’intéresse donc beaucoup. Elle pense pouvoir créer un poney club ainsi qu’organiser des « summer camp ».

  • Rencontre avec Linda Lee (15 Février)

Arrivée le jour même de Paris, Linda Lee nous a invité à dîner en présence de M. Jiang Xianglin, son associé et M. Chang Wei qui nous a rejoint pour cette tournée. En plus des spectacles équestres et du poney club, Linda s’intéresse également aux courses hippiques. Ils réfléchissent à reprendre un hippodrome. Linda aimerait aller en France pour voir une réunion de courses en mars ou avril après leur passage à Dubai.

Le lendemain, visite de l’écurie de Linda Lee sur l’île de Chongming.

Nous avions déjà visité cette structure en octobre 2015 lors de notre venue à l’occasion du salon China Horse Fair de Pékin. Linda Lee nous a donc de nouveau ouvert les portes de son écurie, toujours en cours de finalisation, dans laquelle se trouvait cette fois quelques chevaux.

Depuis la visite de la délégation française en octobre dernier, elle a obtenu un terrain supplémentaire de 300 hectares avec des forêts et une rivière ainsi que quelques bâtiments existants qui pourront être transformés en écurie et en club house. Elle va y construire des mobil homes pour accueillir des touristes. Les activités équestres qui comprendront poney club, randonnées à cheval et attelage seront inscrites dans un projet global de parc naturel écologique.

Nous avons ensuite visité un parc marécageux, situé au cœur de l’île.

  • Visite du Shanghai Roborant Equestrian Club (16 Février)

Ce centre équestre avait déjà été visité par Michelle Chen et Cassandra Berthelot (UNIC) en 2013. Il nous est cette fois conseillé par M. Chang Wei qui nous indique que c’est l’un des plus grands centres équestres de Shanghai et que les dirigeants sont très attachés à la formation des jeunes cavaliers. M. Pan Yongjun, le PDG, était aux Etats-Unis et a été informé de notre visite. M. Chen Jun, directeur du site, nous accompagne.

Le centre équestre est situé dans le district Fengxian. Le siège de l’association équestre de Shanghai se trouve dans le centre équestre. Il accueille plus de 200 membres réguliers. Les infrastructures sont aux normes internationales. Le centre équestre a déjà organisé de nombreuses compétitions équestres : examens de mise à niveau de la CEA, compétitions de CSO pour les juniors de la ville de Shanghai, épreuves équestres des Jeux de Shanghai, etc. Il organise également des « summer camps » et des « winter camps » comme beaucoup d’autres centres équestres. Quant au système fédéral français, M.Chen Jun nous dit qu’il est difficile de prévoir le budget pour un enseignant français à temps plein.

  • Visite de l’Hippodrome de Nankin (17 Février)

Le club a la particularité d’être situé sur un ancien hippodrome ayant servi de lieu de compétition pour les Jeux Olympiques Juniors de 2013.

Déjeuner avec Stéphanie Ferrette et Ludovic Pinquie, et M. Wu, leur patron et directeur de l’Hippodrome de Nankin. Ce déjeuner nous offre la possibilité de faire un point sur leur travail. M. Wang, doyen de l’Université des Sports de Nankin, est également présent. Ils souhaitent créer un programme de formation pour les étudiants de l’Université en spécialité de sports et loisirs.

Après une visite des installations, nous organisons une réunion de travail dans le club house. Le problème principal de la structure est l’éloignement des chevaux par rapport aux aires de travail. Comme le site fut conçu au départ pour les courses hippiques, les écuries sont relativement éloignées. Les carrières sont de grande taille mais ne sont pas adaptées aux activités de poney club sur le plan pratique et sécuritaire pour les enfants. La construction d’un manège comprenant des boxes permettrait de détourner ce problème. L’achat de matériel est également nécessaire.

M. Wu a décidé de nommer Stéphanie directrice du centre équestre. Elle est donc en charge de lister tous les besoins, d’établir les réglementations et les plannings de travail ainsi que l’organigramme et les fiches de poste du personnel chinois. Nous avons insisté sur le fait qu’il est important d’écouter les conseils de Stéphanie et de Ludovic pour la construction des infrastructures et le marketing.

Dîner avec Stéphanie Ferrette, Ludovic Pinquie et Eric Ferrier. L’objectif était de rassembler toute l’équipe française à Nankin pour leur permettre de mieux faire connaissance et d’échanger sur leurs différents postes.

  • Visite du Nanjing Jingling International Equestrian Club (18 Février)

M. Xiao Ninglu, directeur de Jinling International Equestrian Club, nous accompagne pour cette visite. Le centre équestre est situé en face d’un parc d’attraction dans le district Tangshan. Il a été construit en 2015. Il y a deux carrières, un manège, plusieurs ronds de longe et une soixantaine de boxe. Les infrastructures sont neuves et d’un style recherché. Un club house spacieux peut accueillir de nombreux clients. Le centre équestre a organisé un concours CSO l’année dernière et souhaite organiser d’autres compétitions cette année. Un dernier stage d’hiver s’y déroulait.

Réunion de travail avec M. Xiao afin de faire le point sur le travail d’Eric Ferrier, arrivé début février 2016. M. Xiao apprécie les compétences professionnelles d’Eric et sa capacité d’adaptation. Ils s’entendent très bien. Eric est également content de l’accueil et partage la vision de M. Xiao. Ce dernier souhaite labelliser le centre équestre dès que possible. Il est aussi en train de mettre en place des coopérations avec les écoles et les lycées de Nankin. Le siège de la Nanjing Equestrian Association se trouve dans le club.

  • Installation de Corinne Gard au Hesheng Club de Penglai (19 au 20 Février).

Le Shandong Hesheng Horse Industry Development Co.Ltd appartient à Penglai Hesheng Agriculture Technologies Development Co.Ltd. L’actionnaire principal de cette entreprise est le Shandong Highway Group, contact de longue date de l’UNIC et de la Région des Pays de la Loire.

Par la diversité de ses activités et les moyens investis, le Shandong Hesheng Horse Club est en recherche constante de dynamisation de ses activités en fonction des besoins du marché. M. Fan, PDG de l’entreprise, nous a donc sollicité, à l’occasion du salon de Pékin en octobre 2015, pour que nous lui apportions notre expertise pour la création d’une école d’équitation à la française sur son site de Penglai.

M. Fan, directeur du site, a fait le choix d’embaucher très rapidement deux entraineurs français afin de faire un état des lieux et de mettre à niveau sa structure équestre en vue d’une labellisation. Il souhaite ouvrir un centre équestre ouvert au public (autre que touristes de passage) début mai 2016. En parallèle de ce projet de centre équestre, M. Fan souhaite développer d’autres activités liées au cheval sur son terrain (800 ha au total). Il souhaite développer le tourisme sur ses terres, en lien avec les différents attraits offerts par la Région (mer, montagne, vigne…) mais aussi en lien avec les différentes activités de l’entreprise (fermes, vergers, etc).

La zone équestre est prévue sur un total de 200 hectares. Le centre existant n’en sera qu’une première base. Il souhaite diviser de façon claire ses activités équestres (poney-club, centre équestre, élevage, écuries de compétition…) et donc construire de nouvelles infrastructures adaptées à chaque activité.

  • Visite du Aimaren Club – Jinan (21 Février)

Le centre équestre Aimaren Club a été créé en 2004. Il est le plus ancien centre équestre de la région de Jinan.

Son directeur, M. Zhou Xinjie, est un homme d’affaires dans l’immobilier. Il est également propriétaire d’un terrain à Penglai, sur lequel il prévoit de construire un important complexe équestre. Dans le cadre de ce projet, M. Zhou a contacté l’UNIC par l’intermédiaire de la CEA afin de faire venir un chef de piste qualifié pour le conseiller dans la construction d’un cross sur ce terrain. Nous avons donc fait déplacer M. Nicolas Burtin du 1er au 3 décembre à Penglai.

En parallèle de ce nouveau projet, M. Zhou nous a fait part de son intérêt pour le système fédéral français qu’il souhaite faire adopter à son centre équestre « Aimaren » à Jinan.

Son objectif est donc de garder une structure spécialisée poney club à Jinan et d’ouvrir une écurie de compétition à Penglai.

M. Zhou souhaite mettre en place un système pédagogique structuré pour développer une équitation sur poneys à l’attention d’un public jeune.Zhou nous accueille à l’aéroport de Jinan pour nous faire visiter le centre équestre Aimaren afin d’obtenir un premier état des lieux de la part de la FFE en vue d’une future affiliation et labellisation.

Il aimerait embaucher un moniteur français à la place de son instructeur hollandais afin de pouvoir changer les méthodes d’enseignement au sein du club.

  • Hippodrome de Jinan (21 Février)

L’hippodrome de Jinan a été repris par la société Shandong Highway Group en 2012, avec pour but de développer un centre de compétitions et un centre équestre.

En 2013, un concours complet avait rassemblé près de 7000 personnes dans le public.

En 2014, la structure organisait une étape qualificative pour les Jeux Chinois.

En 2015, le centre équestre avait atteint le fonctionnement escompté par le Groupe SHG.

La Région Pays de la Loire étant jumelée avec la Province du Shandong, des liens étroits se sont rapidement créés avec le groupe SHG et la Région, par l’intermédiaire de l’UNIC. Une Convention de Coopération signée avec l’UNIC en octobre 2013 avait posé les bases d’une relation durable. En février 2014, une délégation du groupe SHG était accueillie en Région Pays de la Loire afin de découvrir différentes infrastructures régionales (centres de compétitions, centres équestres, hippodrome…).

Malgré les liens suivis et les rencontres effectuées au cours des années, aucun projet concret n’a pour l’instant vu le jour avec le Groupe SHG.

En plus de l’hippodrome de Jinan, le Groupe SHG détient 49% des parts du Hesheng Club de Penglai (voir rapport technique Hesheng Club).

Nous sommes accueillis à l’hippodrome de Jinan par :

  • Mme Li Guilian, vice-présidente du Groupe SHG et de l’Hippodrome
  • Liu Peng, directeur général de l’hippodrome qui assurera l’ensemble de la visite
  • Mme Jin Ge, assistante de Mme Li Guilian
  • Chang Wei, consultant pour le Groupe SHG.

La visite détaillée des lieux sera suivie d’une réunion de travail, puis d’un dîner sur place.

Le Groupe SHG souhaite affilier leur centre équestre à la FFE. Cette affiliation leur permettrait d’ajouter une nouvelle dimension à leur relation avec la France.

Le modèle d’Ipony à Pékin les intéresse tout particulièrement, car ils savent que les moniteurs y sont financés par la région Charente Maritime. Leur lien avec la Région Pays de la Loire leur fait espérer une aide régionale pour l’embauche de personnel français.

La présence d’enseignants français leur semble intéressante, principalement pour former les moniteurs chinois et améliorer leur niveau technique et pédagogique. Ils espèrent ainsi augmenter le niveau de la clientèle, ce qui pourrait leur permettre de « trier » cette clientèle en vue d’obtenir des résultats en compétition et d’écarter les « éternels débutants » ou les clients qui ne sont pas animés d’une réelle passion pour l’équitation.

  • Visite du Tian Tian Xiang Shang Club (22 Février)

Les installations ont été reprises en 2015 par M. Zhao et son épouse. Le centre équestre était avant cela une écurie privée. Des aménagements et rénovations ont débuté depuis.

En 2016, un investisseur extérieur met à disposition 2 millions de RMB pour l’amélioration des infrastructures.

M. Zhao nous explique que la volonté première du centre équestre est d’atteindre 80% de membres enfants, en cours collectifs. Pour atteindre cet objectif rapidement, ils se doivent d’appliquer un système déjà construit pour uniformiser les méthodes et les formations.

Un réaménagement des infrastructures est en cours : un manège de 75 x 35m sera construit sur une partie des carrières et piste de galop actuelles. Les travaux n’avaient pas encore débuté fin février mais devaient être terminés en Avril.

Le manège actuel, de mauvaise qualité, sera ensuite transformé en écuries.

Une nouvelle politique de communication sera appliquée après l’aboutissement des travaux et des changements structurels de pédagogie. L’investisseur partenaire travaille dans les médias, ce qui aidera à la bonne diffusion des informations relatives au centre équestre auprès du grand public.

  • Dîner avec Charles Martins Ferreira, Sophie Roos et Virginie Morin (22 Février) à Pékin.

Virginie Morin a trouvé, par l’intermédiaire de Zheng Shi, un nouveau poste de monitrice dans un club qui sera inauguré prochainement en centre ville de Chengdu.

Sophie Roos nous explique le fonctionnement et le développement d’Ipony dans les locaux occupés par la Longines World Academy de Ludger Beerbaum. L’activité de ces deux structures est jugée complémentaire mais ils ne prévoient pas de partenariat plus poussé avec l’Allemagne pour autant.

  • Petit déjeuner avec Cheng Yu (23 Février)

Cheng Yu nous rejoint au petit déjeuner à l’hôtel pour nous saluer et nous exposer ses projets en cours.

Il aimerait que nous le mettions en contact avec des marques d’équipement équestre de luxe françaises.

Il viendrait en France en février 2017 pour le salon des étalons, et pour visiter une écurie de dressage.

Il nous parle d’un éventuel projet d’organisation des Jeux Equestres Mondiaux en Chine dans la prochaine décennie…

  • Rendez-vous avec Li Nianxi, Secrétaire Général de la CEA (23 Février)

Ce rendez vous dans les locaux de la CEA à Pékin nous permet de présenter Camille Martin à Li Nianxi et de lui expliquer son rôle et ses missions en Chine.

Li Nianxi pense que c’est une bonne chose que les clubs chinois cherchent à être labellisés par un système européen. Il nous affirme le soutien de la CEA dans ces démarches et son accord pour que les manuels des Galops soient délivrés à ces clubs.

L’accident mortel survenu dans un centre équestre de Pékin en 2015 a provoqué de nombreux débats sur la sécurité de l’équitation et la nécessité d’un encadrement adapté. La qualification des centres équestres et des moniteurs doit être normalisée, et ce travail pourra être effectué par le biais du partenariat FFE/CEA.

En 2014, la CEA a créé un système de niveaux équestres (uniquement axé sur la pratique du CSO) sur le modèle du système des Galops. Ce système devra être harmonisé avec le système fédéral français mais la demande des centres équestres est très forte.

La CEA vit actuellement une réforme structurelle qui sera finalisée dans l’année 2016. Elle sera désolidarisée du ministère pour fonctionner comme une fédération sportive sur le modèle français. En attendant que cette réforme soit terminée, son pouvoir reste restreint. Li Nianxi devrait partir en retraite en 2017, sauf si la CEA est requalifiée en association, auquel cas il pourra continuer à officier jusqu’à ses 70 ans.

Les objectifs de la CEA en 2016 sont de pousser à la participation d’Alex Huatian pour la Chine aux Jeux Olympiques de Rio, et de continuer à organiser les compétitions nationales.

Li Nianxi aimerait pouvoir organiser des stages avec des instructeurs français sur le modèle du stage effectué par François Fontaine en 2014. Il pense que la présence de moniteurs et instructeurs français en Chine pourra favoriser l’organisation de ces stages, car la CEA n’aura pas à payer, en plus du stage, le billet d’avion international, ce qui induira une baisse du coût global de l’opération. En 2015, étant dans l’impossibilité de financer le voyage d’un instructeur français, 30 cavaliers ont profité d’un stage dispensé par un instructeur chinois à Pékin, organisé par la CEA.

Il aimerait inviter plus de cavaliers de haut niveau français sur le China Tour, comme ils le font avec les cavaliers anglo-saxons ou germaniques. Li Nianxi nous confie que les allemands sont plus organisés que la France pour diffuser leur filière équine en Chine, mais que, dans les faits, leur réputation n’est pas très bonne.

Concernant les problématiques de développement du tourisme équestre et de l’équitation handisport, Li Nianxi nous indique que ces thèmes sortent du cadre de compétences de la CEA.

  • Visite d’Ipony 1 (23 Février)

Nous sommes accueillis par M. Liu, PDG de Ipony, Sophie Roos, et les interprètes du centre équestre.

M. Liu nous informe de sa volonté de créer des Ipony franchisés sur des structures existantes un peu partout en Chine. Le site premier d’Ipony à Pékin resterait alors la base de formation pour les moniteurs de ces différentes structures.

Ils aimeraient recruter en priorité des moniteurs étudiant la pédagogie sportive à l’Université, et non plus des cavaliers de Mongolie Intérieure ou du Xinjiang, qui sont certes capables de tenir à cheval, mais qui ne disposent pas des qualités nécessaires pour la transmission du savoir à des jeunes enfants.

M. Liu nous explique le turn over de ses moniteurs par une recherche de qualité du personnel. Son équipe se bâtit progressivement, en tâtonnant.

Sophie Roos nous fait ensuite visiter les infrastructures et nous expose les différents supports pédagogiques utilisés pour les enfants chinois et la formation des moniteurs.

  • Visite d’Ipony 2 (23 Février)

Nous partons ensuite visiter le second site d’Ipony, inauguré récemment, sur une structure partagée avec la Longines World Academy de Ludger Beerbaum.

Les infrastructures, aux normes internationales, peuvent aisément accueillir les deux activités (équitation de sport et de compétition de haut niveau d’un côté, équitation de loisirs et pour débutants de l’autre).

La structure, aux couleurs allemandes, devra être rééquilibrée en faveur de la France avant son ouverture au public en mars !

30% de la clientèle actuelle de Ipony a déjà manifesté son intérêt pour se délocaliser sur ce site.

  • Dîner avec M. Wang et Mme Li (23 Février)

Ce dîner permet de maintenir le lien avec M. Wang et sa partenaire Mme Li et de faire le point sur les projets en cours depuis plusieurs années, mais toujours au point mort.

Malheureusement, les évolutions restent maigres puisque M. Wang n’a toujours pas obtenu les autorisations pour disposer des terrains nécessaires à la construction de son parc équestre. Nous gardons le projet en attente, jusqu’à nouvel ordre de sa part.

  • Visite de Huijia Equestrian Club (24 Février)

Nous sommes accueillis sur place par l’équipe pédagogique française en place depuis 3 ans (Vanessa et Joël Vandevraye). Ce centre équestre fut le premier centre équestre affilié à la FFE il y a plusieurs années. Il dépend d’une école et accueille donc principalement des élèves. L’image pédagogique est donc d’une importance majeure pour cadrer avec le milieu scolaire dont dépend la structure.

Les infrastructures sont aux normes internationales, et plutôt atypiques (manège gonflable !). Le club va déménager sur une nouvelle structure en 2016. Il faudra donc prévoir une nouvelle visite après déménagement pour évaluer la qualité des nouvelles infrastructures.

  • Visite de Zhonglong Youth Club (24 Février)

Nous avions visité ce poney club à l’occasion du China Horse Fair de Pékin en octobre 2015. Il venait alors de recevoir une dizaine de poneys achetés en Normandie. La fille de M. Su, le directeur de la structure, était également de retour de Normandie où elle a pu valider le Galop 7 de dressage suite à une formation dans les écuries de Perrine Carlier. En plus du poney club, le Zhonglong Youth Club est un complexe sportif regroupant les infrastructures nécessaires à la pratique du tennis, du football et du golf.

M. Su nous expose son projet de création d’une école privée sur la structure, de niveau primaire et collège pour la rentrée 2016 (autorisations attendues courant mars 2016). Il prévoir d’y accueillir 200 élèves (9 classes). Chaque élève devra se spécialiser dans une discipline sportive proposée par la structure (équitation, golf, tennis ou football) dans le cadre de leur apprentissage scolaire.

Comme pour le Huijia Equestrian Club, la pédagogie est donc un axe de développement primordial afin d’intégrer la pratique sportive au programme scolaire comme une discipline à part entière. Pour se faire, M. Su prévoit d’embaucher des moniteurs français dans chaque sport proposé, afin de normaliser le programme pédagogique et de limiter le sentiment d’isolement des moniteurs français expatriés.

En complément de ce projet, M. Su aimerait recruter un instructeur de dressage français afin d’améliorer le niveau technique de ses moniteurs chinois, et d’accompagner sa fille en vue de sa participation aux Jeux Chinois de 2017 pour l’équipe de Shanghai.

  • Entretien avec Chen Che (24 Février).

Chen Che, secrétaire général de la BTEA, nous rejoint au Zhonglong Youth Club spécialement pour nous rencontrer et s’entretenir avec nous.

La BTEA, créée en 1993, coordonne les activités équestres dans la région de Pékin. Pékin est actuellement le centre des activités équestres en Chine. Toutes les disciplines équestres y sont regroupées et le niveau des compétitions y est le plus élevé.

Chen Che nous affirme l’intérêt de la BTEA pour le système des Galops fédéraux. Ils ont déjà commencé à travailler, avec l’équipe de Huijia, sur une adaptation de ces galops au public chinois.

Chen Che souhaite se rapprocher de la FFE pour favoriser la diffusion du modèle fédéral français. Il nous souligne l’importance de l’approche culturelle dans l’application de ce système.

Chen Che nous explique le principe du « Comité Jeunesse » regroupant plusieurs clubs favorables et prêts à appliquer le système fédéral français. Ce Comité Jeunesse regroupe notamment le Huijia Equestrian Club, Ipony, Zhonglong Youth Club et sept autres centres équestres… Chen Che en est le président. Le critère d’entrée d’un centre équestre dans ce Comité Jeunesse est d’accueillir une proportion importante de clientèle jeune. Les intérêts pour les centres équestres membres sont les suivants :

  • utilisation du programme de la BTEA,
  • formation des moniteurs (sur le modèle de la formation proposée par Huijia en décembre 2015)
  • profiter d’une base de données et de l’évaluation des moniteurs par audit extérieur.

Ce Comité Jeunesse regroupe actuellement 12 centres équestres et compte 8 nouvelles demandes récentes.

 

Projets et suites à donner

 

Général :

  • Créer une plaquette (présentation du système fédéral, guide d’accès à la labellisation etc.) pour la communication en Chine

Min Jiedong :

  • Mettre en lien avec un consultant architecte pour la conception des plans de son parc à Shanghai.

Centre d’entrainement de Shanghai :

  • Suivre ses projets d’affiliation à la FFE.

Linda Lee :

  • Suivi de ses projets divers (construction d’une structure équestre sur le modèle du Boulerie Jump, spectacles équestres, etc)
  • Aider à l’organisation de sa prochaine venue en France (journée aux courses, Saut Hermès ?)
  • Attente du déblocage du Protocole Sanitaire pour l’achat de poneys pour son poney club et des chevaux de spectacle.

Hippodrome de Nankin :

  • Suivi du travail de Stephanie Ferrette pour l’affiliation de la structure à la FFE (construction d’un manège/boxes, achat de matériel, etc).

Nanjing Jingling Equestrian Club :

  • Suivi du travail d’Eric Ferrier pour l’affiliation de la structure à la FFE.
  • Faire une lettre de préconisation pour favoriser sa labellisation.

Hesheng Club :

  • Suivi du travail de Corinne et Jean-Baptiste Gard pour l’affiliation de la structure à la FFE.
  • Lien avec la FITE pour le développement du tourisme équestre.
  • Prévoir l’accueil de M. Fan en France courant 2016 pour visiter des centres équestres.

Aimaren Club :

  • Attente de la transmission d’un profil de poste pour le recrutement d’un moniteur français.
  • Lien créé avec le centre équestre de La Courbette pour l’accueil en France de jeunes stagiaires chinois en séjours équitation.
  • Prévoir l’accueil de M. Zhou en France courant 2016 pour visiter des centres équestres et rencontrer des représentants de la FFE.

Hippodrome de Jinan :

  • Envoyer des profils de moniteurs candidats avec leurs prétentions salariales pour les aider à estimer la rentabilité de l’embauche d’un enseignant français à temps plein.

Tiantianxiangshang Club :

  • Recruter un moniteur français au plus vite (candidatures transmises).

Huijia :

  • Suivi du déménagement du Club pour envisager la labellisation FFE.

Zhonglong Youth Club :

  • Suivi du projet d’école en amont du recrutement d’un moniteur.
  • Coordination avec la Normandie pour le recrutement d’un instructeur de dressage.

BTEA :

  • Coordination avec la FFE pour harmoniser/faire concorder les Galops fédéraux avec les niveaux chinois.
  • Inviter un ou deux jeunes cavaliers français et un chef d’équipe à la finale du tournoi « futures stars » durant les vacances de la Toussaint 2016 (pris en charge sur place, billets d’avion restant à financer)
  • Inviter une équipe chinoise au Mondial des Clubs à l’horizon 2017.
 

Intérêts

 

Savoir-faire

Le système fédéral français séduit de plus en plus de clubs en Chine !

Formations

Moniteurs français diplômés et candidats à l’expatriation en Chine activement recherchés !

Télécharger le rapport de mission au format PDF
Télécharger